Le rapport Lambert

D. Les leviers pour arrêter les pollutions plastiques

La coalition « Stop aux déchets plastiques » initiée lors de la COP21, la stratégie plastique de l’Union Européenne, la feuille de route de l’économie circulaire et dans une certaine mesure le Pacte National sur les Emballages Plastiques, constituent le socle de l’action politique sur lequel nous pouvons appuyer cette démarche ambitieuse de lutte contre les pollutions des débris de plastiques.
 

Il faut avant tout mobiliser tous les leviers politiques :
 

  • La fiscalité environnementale : elle vise à inciter un changement des modes de consommation jusqu’à un niveau optimal. La mesure fiscale vient ainsi modifier le prix afin que celui-ci reflète l’impact environnemental et atteigne son coût sociétal réel. Cela doit offrir au consommateur une information complète sur l’impact global de sa consommation. La fiscalité peut être positive et redistributive. Elle garantit alors une équité à travers la redistribution où la mise en place d’avantages fiscaux pour les initiatives vertueuses.
     

  • La règlementation : elle permet de mettre un terme aux pratiques les plus polluantes et comprend aussi des obligations de taux de matière recyclée ou biosourcée. Réglementer c’est finalement reconnaître et protéger les acteurs qui investissent dans un comportement, un modèle, plus vertueux.
     

  • Les incitations à la mutation de la filière : il s’agit d’inciter les entreprises à travers des moyens financiers (subventions, prêts), la mise en œuvre d’obligations d’usages, la création de nouvelles règles de comptabilité extra-financière, ou encore grâce à des marchés publics volontaristes.
     

  • La formation et l’information: au cœur de la réussite du changement de paradigme sociétal. Éduquer dès le plus jeune âge, entraîner à de nouvelles pratiques professionnelles et communiquer sur les bonnes pratiques seront indispensables pour changer le rapport des français aux plastiques et impulser l’engagement de l’ensemble de la société.